En Ardenne, dans la vallée de la Meuse

La vallée de la Meuse traverse le massig de l'Ardenne. Une voie verte  permet de longer son parcours de Charleville-Mézières à Givet. Elle reprend les anciens chemins dits de halage qui ont été remis en valeur et permet ainsi de (re)découvrir cette partie de l'Ardenne.
Cette galerie photos est réalisée au cours de sorties le long de tronçons, et devrait se compléter dans le temps!! On propose également une série de cartes postales, scannées à partir de collections privées, et présentées ici dans une taille réduite, mais disponibles sur demande.

côté cartes postales

côté cartes postales

181 photos dans 9 sous-albums

Charleville - Nouzonville

Charleville - Nouzonville

15 photos

La vallée de la Meuse, au départ de Charleville-Mézières jusquà Nouzonville

Nouzonville - Bogny

Nouzonville - Bogny

15 photos

La vallée de la Meuse, de Nouzonville à Bogny-sur-Meuse

Monthermé - Laifour

Monthermé - Laifour

30 photos

La vallée de la Meuse, de Monthermé à Laifour

Les Dames de Meuse

Les Dames de Meuse

5 photos

Point d'orgues sur la voie verte trans-ardenne, les Dames de Meuse

Anchamps - Revin

Anchamps - Revin

15 photos

La vallée de la Meuse entre Anchamps et Revin

Revin - Fumay

Revin - Fumay

13 photos

La vallée de la Meuse, de Revin à Fumay

les ardoisières de Fumay

les ardoisières de Fumay (!)

19 photos

Les ardoisières de Fumay

Fumay - Vireux

Fumay - Vireux

29 photos

La vallée de la Meuse entre Fumay et Vireux

le château de Hierges

le château de Hierges

15 photos

Le château de Hierges

La Collégiale, Vireux

La Collégiale, Vireux

22 photos

La collégiale Saint-Ermel, Vireux-Molhain

Vireux, cité du Maroc

Vireux, cité du Maroc

13 photos

La cité du Maroc, ensemble ouvrier en pointe d'Ardennes

Aubrives - Givet

Aubrives - Givet

22 photos

La vallée de la Meuse entre Aubrives et Givet

Givet

Givet

10 photos

La vallée de la Meuse, pause à Givet, ville frontière

Mont d'Haurs, Givet

Mont d'Haurs, Givet

67 photos dans 5 sous-albums

Le camp retranché du Mont d'Haurs, Givet, Ardennes


J'accompagne les prises de vues les plus récentes par un texte rédigé lors d'un séjour en 1904. Son auteur, Emile Dacier  entreprend de rejoindre Liège depuis Charleville. Chaque jour, il tient un journal de bord qu'il publie par la suite.
  Emile Dacier (1876-1952) était bibliothécaire à la Bibliothèque Nationale (aujourd'hui BNF) où il sera un des spécialistes de l'histoire du livre. Mais il est également un fervent amateur de sports nautiques. Ainsi, il rejoint le canoé club de France peu après sa fondation en 1904 (aujourd'hui kayak club de France). L'objectif du club est, à l'époque, d'introduire et de promouvoir l'usage du canoë et du kayack. Ses membres, qui appartiennent à une élite culturelle, rédigent rapidement des récits de voyage complets sur les régions traversées.  Certains sont publiés avec le concours du yacht-club de France. C'est le cas pour cette descente de la Meuse, publiée en 1906. Les photographies ont été réalisées par Julien Knecht pour lequel je n'ai pas d'éléments de biographie. Il semble avoir travaillé pour les établissements de Saint-Gobain basés en Meurthe-et-Moselle. Les archives de l'association sont déposées aux Archives Départementales du Val de Marne.

Lisons les premières lignes du récit de voyage d'Emile Dacier et de Julien Knecht :
"Jusqu'à Charleville, le fleuve coulait dans une vallée aux molles ondulations ; mais aussitôt entré dans le plateau ardennais, sa physionomie change du tout au tout, et Nouzon est à peine dépassé que les rives s'élèvent. Bientôt, la Meuse encaissée roule son flot sombre entre une double muraille de roches schisteuses que revêt par places un épais manteau de verdure, et se heurtant sans cesse à des pentes abruptes, elle les contourne en larges méandres. C'est Joigny, dans une courbe profonde ; Levrézy, au-dessus duquel les rochers des Quatre Fils Aymon découpent sur le ciel leurs arêtes vives ; Château-Regnault, sur l'autre versant des Quatre-Fils ; Laval-Dieu, blotti au confluent de la Meuse et de la Semoy, et Monthermé, niché à l'extrémité d'un promontoire escarpé.
La vallée se resserre encore, en même temps que ses rives s'élèvent davantage ; c'est maintenant une gorge véritable, ayant, suivant le mot d'Ardouin Dumazet, « l'aspect saisissant d'un canyon » : d'un côté, les roches de Laifour s'avancent jusqu'au bord du fleuve, tandis qu'en face, les Dames de Meuse baignent dans l'eau sombre leur triple croupe verdoyante. Plus loin, Revin s'étend dans une presqu'île, au pied du Mont Malgré-Tout, chauve, dénudé et violacé de reflets d'ardoise. Encore quelques kilomètres et l'on arrive au centre du bassin ardoisier, à Fumay, curieusement situé dans une presqu'île escarpée. Fépin et Montigny, les deux Vireux et le centre usinier d'Aubrives, Ham-sur-Meuse et Chooz, dans la grande boucle, qui précède Givet, sont également bâtis au pied des rochers ; et les deux Givet eux-mêmes sont couronnés, l'un par l'imposante masse du fort Charlemont, l'autre par les ondulations du Mont d'Haurs.

Voilà la Meuse grandiose".