Le camp retranché du Mont d'Haurs, Givet, Ardennes

La commune de Givet s'est développée pied d'un promontoire rocheux qu'entaille la Meuse. Ce promontoire est formé par un ensemble calcaire abondamment étudié par les géologues. Au cours de l'histoire, l'homme a investi ce territoire, quelque peu sec, au paysage de lande, pour le pâturage. Outre des espèces végétales spécifiques à ce milieu, et souvent d'origine méridionale, la circulation des animaux domestiques a permis de maintenir ce milieu et de permettre le développement d'espèces dites endémiques. L'abandon progressif de ces sites marque la disparition progressive de cette biodiversité. Les inventaires naturalistes par les services de l'Etat, des associations régionales ont amené à circonsrire le périmètre de la pointe de Givet dans une ZNIEFF (Zones naturelles d'intérêt écologique, floristique et faunistique). Certains secteurs, de part leur fragilité, ont fait l'objet d'un classement en Réserve Naturelle. C'est le cas pour la pointe de Givet dont la réserve s'étend sur plusieurs sites locaux, et 343 hectares. 

Le Mont d'Haurs, histoire

Le Mont d'Haurs, histoire

5 photos

L'histoire des fortifications du Mont d'Haurs

le camp et son implantation

le camp et son implantation

10 photos

L'implantation géographique du Mont d'Haurs

côté matériaux

côté matériaux

6 photos

Les matériaux de construction au camp retranché du Mont d'Haurs

bastions et courtines

bastions et courtines

17 photos

Bastions et courtines

accès et corps de garde

accès et corps de garde

25 photos

L'entrée du camp retranché et les corps de garde

Si ce territoire d'Ardenne est remarquable pour son volet naturaliste et géologique, il l'est aussi pour notre histoire commune car Givet, ville frontalière commerçante, était également une barrière entre la France et les Pays-Bas. C'est ainsi que ses hauteurs virent la construction d'ensembles fortifiés. C'est le fort de Charlemont tout d'abord en rive gauche du fleuve et le camp retranché du Mont d'Haurs, en rive droite. C'est ce dernier que nous allons découvrir dans les pages qui suivent.
Le camp du Mont d'Haurs, voulu par Vauban, ne fut jamais achevé. Si les troupes françaises stationnèrent sur le site au moment de la Révolution ce site, baptisé également écuries de Napoléon, ne connut pas une grande histoire militaire.
Abandonné, une partie des pierres de parement furent réemployées par les habitants de bourgs voisins. Néanmoins, la structure de cet ensemble est encore bien visible, et fait du Mont d'Haurs un des rares témoignages en France sur ce qu'était un camp retranché.

Un grand merci à ce randonneur rencontré un après-midi de décembre 2009 pour m'avoir présenté des accès que je méconnaissais jusque là. Si vous souhaitez visiter le Mont d'Haurs, ou Givet et ses environs, n'hésitez pas à contacter les membres de l'association Ardenne Nature Découverte dont vous trouverez le site web ICI.


Pour aller plus loin:
- Bottineau Yves-Fuchs- un exemple négligé de camp retranché, la grande couronne d'Haurs à Givet-Charlemont. In Bulletin archéologiques du comité des travaux historiques et scientifiques. Pais, Bibliothèque nationale, 1978.
- collectif. Ardenne Wallonne. Numéro spécial Charlemont. 1993.