Fumay, ardoisière Saint-Gilbert

  • Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, le terril de déchets d'ardoises Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, le terril de déchets d'ardoises
  • Fumay, l'ancienn moulin de l'ardoisière Saint-Gilbert Fumay, l'ancienn moulin de l'ardoisière Saint-Gilbert
  • Fumay, ancienne ardoisière Saint-Gilbert, supports des tirants au-dessus du moulin Fumay, ancienne ardoisière Saint-Gilbert, supports des tirants au-dessus du moulin
  • Fumay, ancienne ardoisière Saint-Gilbert, supports des tirants au-dessus du moulin Fumay, ancienne ardoisière Saint-Gilbert, supports des tirants au-dessus du moulin
  • Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, ardoises un matin d'hiver Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, ardoises un matin d'hiver
  • Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, le terril et ses déchets Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, le terril et ses déchets
  • Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, déchets d'ardoise Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, déchets d'ardoise
  • Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, mur de soutènement du terril Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, mur de soutènement du terril
  • Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, mur de soutènement du terril Fumay, l'ancienne ardoisière Saint-Gilbert, mur de soutènement du terril

C'est en 1839 que la société Lefort et Compagnie, dite aussi ardoisière Saint-Gilbert signe un contrat de concession avec la commune de Fumay pour l'extraire du schiste ardoisier. Comme pour l'ardoisière Bacara, dont elle est voisine, son origine semble plus ancienne. On retrouve quelques traces éparses remontant aux archives au 18e siècle et une galerie, dite trou chapeau, est mentionnée sur le cadastre de 1825, de même que des traces de travaux sont relevées à partir de 1831, sans .

Au démarrage de l'exploitation, l'épuisement des eaux s'effectue via une machine hydraulique activée par une dérivation du ruisseau de l'Alyse. Cette dérivation aboutissait à une chute d'eau située dans un moulin hydraulique. Cet édifice, aujourd'hui maison particulière, est visible sur la route départementale menant à Oignies. Un système de tirants aménagé sur le versant de la colline remontait jusqu'à l'entrée d'une première galerie. Une seconde galerie, située à proximité de la route menant de Fumay à Rocroi sera percée pour la circulation des ouvriers. Les fondations de ce système sont encore visible en forêt.

En 1886, la société ardoisiere de Saint-Gilbert cède ses droits à la société de la Renaissance. L'extraction sur le site de Saint-Gilbert cesse vers 1910. Ce lieu-dit est aussi appelé "le village nègre".