Ardoisières de Deville et Monthermé

Le plus ancien texte qui atteste de l'extraction d'ardoise dans le bassin ardoisier de Deville/Monthermé est daté de 1208. Ce bassin ardoisier, réparti au niveau de deux boucles de la Meuse, est géographiquement étendu. Les sites les plus connus sont les ardoisières de Saint-Barnabé, la Carbonière et Terres rouges à Deville. Pour Monthermé, les sites les plus connus sont ceux de l'Echina, Manté (désigné aussi sous le nom de Malhanté), l'Ecaillette, Saint-Louis sur Meuse, Mayour. Leur origine est également ancienne, et ils seront ré-exploités à différentes époques. La dernière exploitation, l'ardoisière de l'Ecaillette, est définitivement liquidée en 1931.

Deville, le bois des fourmis

Deville, le bois des fourmis

9 photos

Deville, ardoisières du bois de l'or et des Fourmis

Monthermé, l'ardoisière de l'arpenteur

Monthermé, l'ardoisière de l'arpenteur

20 photos

Monthermé, ardoisière de l'arpenteur

Monthermé, fosse Roussy et voisines

Monthermé, fosse Roussy et voisines

14 photos

monthermé, au voisinage de la fosse Gilles Roussy

Monthermé, ardoisière Saint-Louis

Monthermé, ardoisière Saint-Louis

7 photos

Ardoisière Saint-Louis

Monthermé, secteur Thillot

Monthermé, secteur Thillot

10 photos

Les versants du Thillot

Monthermé, trou Débry

Monthermé, trou Débry

9 photos

Monthermé, sondage ardoisier du trou Debry